Résilience et résistance, et si la surprise venait des Afrique(s) ?

 

 

Depuis le tout début de crise, en mars, nombre de chercheurs, de philosophes, de journalistes, de cabinets conseils et de statisticiens, ont publié progressivement des études ou rapports donnant une vision de plus en plus dramatique de la « catastrophe » à venir sur le Continent. Jusqu’au spectaculaire avis de l’OMS qui estime dans les 3 à 6 mois le cap de 10M de cas dépassé, et donc des centaines de milliers de victimes.

Et pourtant rien n’est moins sûr. L’un de mes amis burkinabé, ancien dirigeant du PNUD , me le disait il y a quelques jours : près de 78% de la population a moins de 35 ans, faible taux d’obésité, BCG systématique contre la tuberculose et de longue date chloroquine contre la paludisme.. Et force est de constater aussi que le temps de réaction politique a été très court dans presque tous les pays du continent, contrairement à la vieille Europe. Face à des systèmes de santé fragiles, et le plus souvent concentrés dans les grandes agglomérations urbaines, la mobilisation est verticale : la solution marocaine d’industrialiser la production de masques le rend maintenant et déjà, en quelques semaines, exportateur d’une partie de sa production. Sans attendre les introuvables respirateurs, le Sénégal a lancé sa propre fabrication. La Côte d’Ivoire a lancé et bouclé son premier fonds financier Covid19…

D’un sujet initialement perçu comme exclusivement sanitaire, la crise est devenue beaucoup plus globale : des sécurités -alimentaire, social et sécuritaire- de logistique, et même politique. Ne vient-on pas de voir que l’intégration économique africaine dont les premières mesures concrètes devaient entrer en vigueur en juillet sont repoussées sine die ? Les restrictions de circulation et les fermetures des frontières ne vont-elles pas accélérer les problèmes de subsistance alimentaire ? Que faire des cultures si elles ne peuvent être récoltées et encore moins transportées et transformées ? Comment tenir dans le temps quand les IDE ont déjà chuté de 40% et le prix du baril sans espoir de tendance haussière sur un horizon visible ? Les défis sont immenses et vont demander, pour y répondre, du temps et du courage ainsi qu’une forte confiance en soi. Certaines voix -et elles sont de plus en plus nombreuses- s’élèvent pour trouver et affirmer des solutions africaines aux Afrique(s) qui s’organisent, et l’idée n’est pas de quémander des remises de dettes (dont une grande partie est aujourd’hui privée) mais pour en faire quoi.

A écouter mes amis du Sud, je me pose la question :

Sommes-nous entrés en Afrique dans une formidable résistance à ce que le philosophe et sociologue Zygmunt Bauman caractérise par la société liquide en déclarant « le temps s’écoule, il n’avance plus » ? Si c’est le cas, ce sera bien du Sud que viendra la surprise du jour d’après.

 

Par Patrice FONLLADOSA,
Président (Re)Sources
Membre du Comité Stratégique Avisa Partners
Président Afrique CEPS

 

Fermer le menu