Notes d'actualité
27 mars 2017

PROPOSONS UNE AMBITION CREDIBLE POUR LA DEFENSE

Par Loïc TRIBOT LA SPIERE 
 
Le fossé entre les ambitions stratégiques affichées par la France et les moyens qu'elle alloue à ses forces armées pour les réaliser ne cesse de s'élargir. A juste titre, on peut reconnaître et affirmer que la Défense est "écartelée".
 
Rarement dans l'histoire récente, les armées ont été autant sollicitées tant en intensité que dans la durée. Le niveau d'engagement et les besoins nouveaux appellent à repenser le contrat entre la nation et les armées. La France ne peut plus assurer simultanément les cinq fonctions stratégiques définies par le livre blanc : l'anticipation, l'enseignement, la prévention, la disuassion, la protection et l'intervention nécessaire à sa sécurité sans parler de l'entraînement.
 
L'aggravation des menaces tant extérieures qu'intérieures est concomitante d'un rythme d'interventions sans précédent militaires et d'une tendance durable de dégradation capacitaire. Chaque armée consomme son capital en terme d'équipement, mais également d'infrastructures et surtout de ressources humaines sans avoir le temps de le régénérer. La situation impose à la nation de s'engager "en évitant de se défausser"  sur une Europe de la défense qui n'en finit pas "d''accoucher" et qu'il faudra de toute façon repenser : BREXIT oblige !
 
Il est capital de cerner avec précision les priorités qu'il conviendra désormais de donner aux forces armées et de se garder de l'illusion de la puissance, notamment sans y associer les moyens adéquates !
 
La liberté et la Paix n'ont pas de prix, mais elles ont un coût ! A l'heure des choix il conviendra prioritairement de relever quelques grands défis à savoir :
 
  1. Repréciser les missions considérées comme prioritaires pour les forces armées, définir précisément le rôle et les missions dévolus aux forces armées dans le cadre de la sécurité intérieure.
  2. Restaurer et adapter la capacité opérationnelle des forces armées afin de leur permettre entre autres de continuer d'assurer leur capacité d'entrer en premier.
  3. Elaborer une véritable stratégie numérique de défense en associant les acteurs de la société civile (préparer entre autre la révolution du robot numérique)…
  4. Accentuer les efforts déjà déployés en matière cyber.
  5. Assurer la pérénité de la disuasion notamment en veillant à la modernisation des forces nucléaires.
  6. Veiller avec réalisme au financement d'un effort de défense et de sécurité ambitieux à hauteur de 2 % pensions comprises et ce impérativement avant la fin du quinquénat…
 
A tout le moins ceci impose une ambition, un vrai courage politique, en la circonstance de vraies propositions d'avenir.