Notes d'actualité
13 juillet 2016

LES TENTATIONS DE L'ENFERMEMENT

Par Hélène PICHON, Responsable des relations avec les Institutions et Loïc TRIBOT LA SPIERE, Délégué général - CEPS
 
Le prochain Premier ministre a, dès à présent, pris des positions tranchées soulignant qu’il était « urgent » de sortir de l’Union. Ce rigorisme augure sans doute une nouvelle histoire pour l’Angleterre...
 
Suite à un référendum « improbable » mené par des acteurs politiques « approximatifs », majoritairement il a été décidé par le peuple britannique qu’il était souhaitable de quitter l’Union européenne. On ne rappellera pas la hauteur des arguments développés durant cette campagne et encore moins la position de la jeunesse qui s’est montrée majoritairement motivée pour rester dans l’Union et certaines régions britanniques dont entre autres l’Ecosse qui, par la voix de sa première ministre Nicola STURGEON, a manifesté ce souhait et qui pourrait aboutir à l’indépendance de l’Ecosse. Extraordinaire, l’Ecosse va sauver l’Angleterre ! La réponse est toute trouvée : la City va pouvoir migrer à Edimbourg !
 
Le prochain premier ministre a, dès à présent, pris des positions tranchées soulignant qu’il était « urgent » de sortir de l’Union. Ce rigorisme augure sans doute une nouvelle histoire pour l’Angleterre.
 
Le nouveau premier ministre transformera donc ce mauvais essai qui a d’ailleurs surpris beaucoup de britanniques en apprenant les résultats de ce référendum. Respectons cette décision, qui est surprenante, mais qui ne sera pas sans conséquence pour l’avenir de la Grande-Bretagne, réduite bientôt à la seule Angleterre, mais ceci est sans doute à mettre en perspective avec la décision de Nigel FARAGE qui, constatant qu’il avait rempli sa mission, a décidé de quitter l’UKIP mais, cela va de soi, avec l’ambiguïté et le courage qu’on lui connait de conserver son poste de parlementaire européen ! Sans doute, un dernier soubresaut de ce que l’on pouvait appeler autrefois avec subtilité « l’humour britannique ». On peut aussi envisager très sérieusement le fait que les élites britanniques, désormais anglaises, souhaitent demander la double nationalité franco-anglaise ou irlando-anglaise. Sans doute, allons-nous écrire une nouvelle page de l’histoire de la Grande-Bretagne en proposant à chacun de ses citoyens, pour conserver ses acquis, la bi-nationalité !
 
C’est navrant d’en arriver là. La Grande-Bretagne méritait mieux que cela. Espérons que le peuple britannique se réveille de ce mauvais scénario et bouscule ses élites désormais éteintes d’universalité !